NEWS IT

Un combat perdu d'avance ?

Streaming

Fraudes en plein boom. Les majors du cinéma, les chaînes de télévision et autres producteurs d’oeuvres audiovisuelles présumaient que le plus dur était derrière eux. En lançant de vastes campagnes d’avertissements et de sanctions envers les personnes s’échangeant leurs créations sur internet, ils avaient réussi à décourager nombre d’adeptes des réseaux peer to peer. Et avec l’essor des plateformes permettant la consommation de vidéos sans limites sur abonnement, ils espéraient offrir une alternative crédible aux sites de streaming illicites truffés de publicités douteuses ou de logiciels malveillants. C’était sans compter sur l’imagination des pirates. Ces derniers ont trouvé le moyen de délivrer quantité de films et de contenus premium sur ordinateur ou même directement sur la télé de façon presque aussi simple et attrayante que des services ayant pignon sur Web. Comment ? en détournant le lecteur multimédia Kodi. Parfaitement légal, ce programme open source, autrefois connu sous le nom de XBMC, est devenu une référence en matière de logiciel media center. Développé par une communauté très active, il se décline aussi bien sur les ordinateurs (Windows, macOS et Linux) que sur les appareils mobiles (android et iOS) ou les boîtiers de télévision (android TV). Nombre de petits fabricants de box TV l’installent d’ailleurs d’office sur leurs produits vendus entre 40 et 100àeuros. Kodi a aussi l’avantage d’offrir de nombreuses extensions dont certaines donnent accès à des services de vidéo en ligne (myCanal, Youtube, Vevo…) ou à des chaînes (TV5monde, Sky news, etc.).

Extensions populaires. Oui, mais voilà. Des petits malins ont créé des plug-in, hors du catalogue officiel, qui diffusent des contenus issus des sites pirates. Il s’agit, pour l’essentiel, de blockbusters américains ou d’émissions et de retransmissions sportives de chaînes à péage anglophones. Ces extensions frauduleuses séduisent de plus en plus d’internautes. Preuve de leur popularité, le site Web TVaddons, qui en répertorie le plus grand nombre, enregistrait au printemps dernier près de 40 millions de visiteurs par mois selon TorrentFreak, une publication en ligne spécialisée.
ironie du sort, des pros du streaming illégal voient leurs revenus baisser à cause de ces plug-in qui capturent leurs flux sans afficher leurs lots de réclames louches. Certains se sont adaptés à cette nouvelle donne en proposant des bouquets de chaînes payants, via leurs propres modules pour Kodi, à des tarifs bien inférieurs aux abonnements normaux. Ce nouveau mode de piratage explose dans les pays anglo-saxons et gagne la France. Dans l’un de ses derniers relevés de séance, l’Hadopi rapportait “la préoccupation montante” manifestée par le secteur de l’audiovisuel devant ce phénomène. Les ayants droit tentent tant bien que mal de riposter. au Royaume-Uni, le championnat de foot national (Premier League) a fait bloquer, durant l’été, l’accès à des serveurs diffusant frauduleusement des matchs. Des internautes ont tout de même pu contourner le filtrage à l’aide d’un réseau privé virtuel (VPN). Au Canada, des groupes de médias et de télécoms ont engagé des poursuites
judiciaires à l’encontre de TVaddons, provoquant la fermeture du site. mais celui-ci est réapparu en août sous un autre nom de domaine. Les pirates gardent encore une longueur d’avance.

 

internet piratage

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !