NEWS IT

twitter

  • Les 7 péchés capitaux : la Gourmandise

    Like us on fb follow us on twitter

    Nous sommes tous des M&M’s. Des petits points d’audience à attraper. Des exhausteurs de notoriété pour les artistes et les marques qui communiquent sur le Web. Le paquet est vide ? ils en veulent encore. Par gourmandise. Pour l’ego. Prêts à s’acheter une bonne réputation auprès de dealers de clics vendant de faux profils. Dans le top 10 des personnalités françaises les plus suivies sur Twitter, la moitié trimballerait
    plus d’abonnés factices que de vrais followers. Gad Elmaleh, Cyprien ou M. Pokora doperaient ainsi leur audience pour mieux la monétiser.
    Cette tentation du toujours plus ne concerne pas que les idoles médiatiques. On se souvient de ce directeur de la communication de la chaîne hôtelière Accor, tombé en 2013 pour avoir posté sur Tripadvisor une centaine de faux commentaires négatifs sur des établissements concurrents. Achats de Like, de vues et d’avis élogieux... toutes ces petites magouilles sont
    encouragées par l’opacité des grandes plateformes internet. Prenez Facebook. Le réseau social garde secret la façon dont les contenus défilent sur le fil d’actualité de ses utilisateurs. L’an dernier, plusieurs gros annonceurs lui ont reproché de gonfler artificiellement l’audience des publicités filmées diffusées sur les timelines. Autrement dit, de leur faire
    payer des messages qui n’étaient pas vus. L’entreprise de Mark Zuckerberg s’est alors excusée platement pour cette erreur de mesure, tout en
    précisant qu’elle n’affectait en rien ses tarifs. Ben voyons !
    Audience truquée. Plus récemment la société Integral Ad Science France révélait que le nombre de vidéos commerciales s’affichant dans un contexte inapproprié ou inefficace était en hausse de 47 % début 2017. en d’autres termes, elles sont facturées pour apparaître sur des sites diffusant des discours haineux ou des images violentes, ce que les marques n’apprécient guère. Mais la multiplication presque infinie des supports conjuguée à la sophistication des modes de diffusion créent un brouillard derrière lequel il est bien difficile de débusquer ces petits arrangements avec la réalité des audiences.

×