NEWS IT

LINUX

  • Linux, un système écologique et performant

     

    Linux

     

    Vous rappelez-vous ce qu’étaient les Trabant, ces petites voitures en plastique produites par millions en ex-RDA, censées révolutionner le confort routier non seulement de l’ouvrier est-allemand, mais plus généralement des habitants de tous les pays membres du pacte de Varsovie vers lesquels on les exportait massivement ? Propulsée par un moteur à deux temps monté dans
    une carrosserie en résine artificielle, la Trabant peuplait les routes est-allemandes, hongroises, tchèques et polonaises.
    Les gens qui roulaient en Trabant n’avaient pas vraiment le choix ; ils n’avaient pas opté pour ce modèle par conviction. La Trabant tenait aussi peu la route qu’une Lada, s’avérait tout aussi gloutonne que polluante et bruyante et, au vu de ses performances routières modestes, le coût d’achat et d’entretien était relativement élevé. Imaginez donc un monde où tout le monde roulerait en Trabant. Et imaginez que, dans ce même monde, les Clio, 206, Jaguar XS et autres Porsche 911 seraient gratuites. Elles pousseraient sur les arbres et aussi dans les champs. Il suffirait de les déterrer ou de les cueillir. Les Clio et les 206 seraient prêtes à démarrer, clé en main ou presque, et consommeraient moins de trois litres au cent. Quant aux Jaguar et aux Porsche, elles viendraient en pièces détachées. Quiconque s’aventurerait à récolter et assembler les pièces aurait une belle surprise, car il se retrouverait avec un bolide distillant de belles sensations, un troupeau de deux cents chevaux sous les fesses, consommant moins d’un litre sur cent kilomètres. Un litre d’huile d’olive. Belle utopie, direz-vous. Trop belle pour être vraie. Et pourtant, il est un domaine dans notre quotidien à tous, où dix-neuf personnes sur vingt « roulent en Trabant » et pensent qu’elles n’ont pas le choix parce qu’elles ignorent l’existence des autres Clio, 206 et Porsche, qui poussent à côté. Je parle de l’informatique.
    Dans notre monde imaginaire, les conducteurs de Trabant regarderaient d’un oeil mauvais ces Jaguar qui poussent dans les champs. Forcément, si ça pousse dans les champs, ce n’est pas sérieux ; si ça ne coûte rien, ça ne vaut rien. Et bien évidemment, si ça consomme peu, les performances doivent être décevantes, voire carrément minables. Le conducteur de Trabant est plein de
    mépris envers le conducteur de Jaguar, mépris qui se mue en rancoeur lorsqu’il apprend que les Jaguar tombent très rarement en panne – en tout cas, pas aussi régulièrement que sa Trabant, mais bon. Il doit certainement s’agir d’un mythe, car n’oublions pas que si la Trabant est la voiture la plus populaire, c’est qu’il doit bien y avoir une bonne raison à cela... Or tout cela a lieu dans notre monde, dans le domaine de l’informatique...
    En informatique, la Trabant serait le système d’exploitation Microsoft Windows que les vendeurs vous obligent à acquérir lors de l’achat d’un PC neuf, en vous faisant croire que vous n’avez pas le choix. C’est cher ; vous payez la licence et les options sont toutes facturées à part. Ça ne tient pas la route, au nombre élevé de plantages, et c’est vulnérable à toutes sortes d’attaques de virus et autres vers. C’est gourmand en ressources, ce qui vous oblige à investir dans du matériel suffisamment performant pour avoir un système fonctionnel. Ça vous espionne de partout, sans le moindre respect pour la confidentialité de vos données. Et c’est polluant, parce que votre vieux matériel aux performances désormais trop modestes se retrouve tout bonnement relégué à la casse.