NEWS IT

internet; jeux en ligne

  • Fraude de la facture FAI

    Meilleur fournisseur internet

    Pourquoi devrions-nous débourser de 40 à 50 euros par mois pour un accès à Internet quand il existe des offres à moins de 20 euros ? Même à ce prix, il semble possible de profiter des dernières technologies, notamment des débits impressionnants de la fibre. Sauf que certains abonnements à moins de 20 euros ne sont pas forcément lowcost sur la durée. Car la plupart des fournisseurs d’accès à Internet indiquent des tarifs de base attractifs et les augmentent de 5, 15 ou même 25 euros au bout de six mois ou un an. Auxquels il faut ajouter de 3 à 5 euros mensuels pour la location de la box. Des frais rarement mentionnés dans le prix de la prestation. Heureusement, cette pratique devrait prendre fin dès le 1er février 2018 : la répression des fraudes a en effet mis en demeure les opérateurs d’intégrer la location de la box dans les tarifs affichés sous peine d’une amende de 15 000 euros. Peu dissuasif ! Nous avons donc calculé ce que les différents forfaits coûtaient réellement sur les deux premières années d’abonnement. Résultat : SFR et Bouygues Telecom proposent les solutions les plus économiques.
    Lors du test d’éligibilité de votre ligne, vérifiez que vous disposez d’un débit suffisant (au moins 2 Mbit/s) pour recevoir la télé par Internet. Rien ne vous oblige ensuite à accepter l’option TV de l’opérateur retenu.

  • Comment sortir de l’enfer des jeux d’argent en ligne

     

    Jeux argent ligne

    Les joueurs sur Internet sont deux fois plus nombreux qu’en 2010. Et les accros de se multiplier. Pour éviter d’y laisser sa chemise, les méthodes de sevrage ne manquent pas. L’Observatoire des jeux du ministère de l’économie révèle que, sur le Web, le Taux de Retour au Joueur
    (TRJ) est de 85 %. Le TRJ est la proportion des sommes collectées que les plateformes de jeu restituent à leur clientèle. 
    340 000 internautes sont tombés dans la spirale infernale de l’addiction aux jeux d’argent en ligne. “Un chiffre officiel mais assurément
    sous-évalué. Ce dont on est sûr, c’est que la tendance est à la hausse”, déplore éric Bouhanna, fondateur d’adictel, une association d’aide aux joueurs dépendants. Selon l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), 2 millions de Français parieraient sur internet, les enjeux ayant bondi de près de 50 % en un an. Rien qu’au premier trimestre de cette année, à eux tous, ils se sont délestés de 1,8 milliard d’euros ! il faut dire que tous les sites de jeu sont accessibles depuis le smartphone que nous avons tous en poche.
    Reste à savoir laquelle des trois méthodes suivantes sera la mieux adaptée …

    1. Réussir à s’autoréguler. Une méthode pour continuer sans se
      sentir frustrée ? limiter ses enjeux à 20 euros par mois et surtout, faire durer sa cagnotte sur les tables à 50 centimes ou à un euro, jouant les présélections l’après midi pour que le site abonde le compte. et ainsi pouvoir entamer des parties plus sérieusement le soir.
    2. Se résoudre à appeler au secours. Souvent, le soutien des proches et la volonté ne suffisent pas. Mieux vaut alors s’orienter vers une association spécialisée. “Et, comme dans tous les cas d’intoxication, le plus tôt est le mieux”, avance Amandine Luquiens, psychiatre et
      addictologue à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif (Val-de-marne). Leurs sites Adictel (Adictel.fr), Joueurs info service (Joueurs-info-service.fr) et SOS joueurs (Sosjoueurs.org), que l’on peut joindre par téléphone mais aussi par messagerie et tchat, délivrent des conseils. et cela, de jour comme de nuit ! au bout du fil, des psys, des avocats ou des assistants sociaux, professionnels spécialisés dans l’addiction, se relaient. D’abord pour écouter. Près de la moitié des appels qu’ils reçoivent concernent les jeux d’argent en ligne.
      Contre 5 %, il y a cinq ans. autant dire qu’il ne faut pas se croire un cas isolé. “Sur Adictel, notre modèle de soin prend comme point de départ le rapport au jeu à travers un quiz”, dit Amandine Luquiens. Les questions sont simples. Passez-vous beaucoup de temps à jouer ? Ouvrez-vous simultanément plusieurs sessions de jeu ? misez-vous plus qu’un certain montant ? Savez-vous combien vous avez perdu dans le mois ? “Tous ces facteurs cumulés correspondent à un certain niveau de risque que nous avons corrélé avec le fait d’être, ou non, un joueur problématique probable”, détaille la psychiatre. Puis son équipe met au point des techniques de thérapies en ligne pour les parieurs dont le risque est identifié. Objectif : intervenir avant qu’ils ne basculent totalement dans la dépendance. Pour ceux-là, après la phase de prise de conscience, et après avoir émis l’envie de s’en sortir, la deuxième étape consiste à poser des règles, comptabiliser l’addiction. Cela veut dire choisir les sites et réduire leur utilisation, limiter les mises quotidiennes, puis mensuelles et, surtout, mesurer les pertes.
    3. Solution ultime : se faire interdire de jeu. Pour les autres, les vrais accros, une consultation, voire un suivi médical s’impose. et il faudra sans doute passer par une solution extrême. Se faire interdire de jeu. Pour les habitants d’Île-de-France, en prenant rendez-vous auprès du ministère de l’Intérieur. Pour les autres, par courrier. Comme précisé sur Servicepublic.fr (bit.do/dy4nm). mais attention, cette mesure administrative ne s’applique pas seulement aux 14 sites de jeu autorisés en France. Elle s’étend aussi aux salles de casinos et aux cercles de jeu physiques. et pour une durée non réductible de trois ans. Les joueurs pensant qu’une plus courte période de sevrage leur suffira, choisiront donc plutôt l’auto-exclusion. moins radicale, cette autre démarche consiste à demander aux plateformes la clôture de leurs comptes pour la durée de leur choix. L’Arjel oblige les sites français à indiquer explicitement la procédure à suivre. Parieurs compulsifs, il vous reste cependant à jouer le jeu. Si vous voulez vraiment vous en sortir…
×