NEWS IT

cloud

  • Quelle sécurité pour vos fichiers dans le nuage ?

    Cloud computing 1

    Aucun système de stockage dans le nuage ne sera jamais parfait. Chaque acteur dans ce domaine lutte par différents moyens pour sécuriser au mieux ses services. C’est évidemment le cas d’Apple avec ses produits. iCloud est une solution fidèle aux principes martelés depuis des années par la société. Sa politique en matière de protection des données est stricte. Et ce n’est pas parce que vous utilisez le forfait 5 Go gratuit que vos documents seront plus exposés qu’un utilisateur travaillant avec l’offre 2 To à 9,99 € par mois. Dans sa globalité, iCloud offre un niveau de sécurité conforme aux standards de l’industrie, et parfois plus. La protection des documents qui circulent entre le nuage et votre appareil
    requiert leur chiffrement. L’opération se fait à la volée et elle est totalement transparente. Lorsque des données sortent du Mac vers iCloud, MacOS ou iOS les encode à l’aide d’un algorithme. Celui-ci utilise une clé de chiffrement. Dans cet état, elles ne sont plus utilisables telles quelles. Il faut attendre leur décodage à l’arrivée pour qu’elles reprennent leur forme d’origine. Si le système de destination ne connaît pas la clé, le déchiffrement est impossible. Plusieurs méthodes existent pour effectuer cette opération. iCloud utilise le plus souvent l’algorithme AES, un
    standard très répandu et le plus sûr. Il comporte plusieurs niveaux : 128, 192 ou 256 bits. Pour faire simple, les octets de vos données sont mélangés selon des règles spécifiques. Ils reprennent leur place lors du déchiffrement avec la clé à l’arrivée. Que vos données proviennent de photos transitant entre vos appareils, de contacts, de fichiers avec iCloud Drive ou de localisation, elles sont toutes chiffrées.
    Il y a donc peu de chance qu’elles tombent entre de mauvaises mains.

  • Qu’est-ce que le service iCloud ?

    Icloud

    Apple n’a pas été la première société à offrir à ses clients une solution de stockage en ligne, même si elle a été parmi les précurseurs du cloud computing. Steve Jobs décrivait iCloud comme une révolution numérique qui relayait l’ordinateur, au même titre qu’un iPhone ou un iPad à un simple terminal, les données étant centralisées ailleurs. Nous sommes encore très loin de cette révolution. Cependant, il faut avouer qu’iCloud est un outil utilisé quotidiennement par des millions de personnes, avec ses avantages et ses inconvénients. Le chemin sera encore long et semé d’embûches, comme les problèmes de sécurité, pour que l’utilisateur adopte totalement cette manière de gérer ses données personnelles.
    Mais l’adopter dès aujourd’hui est plus que tentant. iCloud prend ses racines dans .Mac puis MobileMe, deux services gratuits signés Apple. Le service tel que nous le connaissons date réellement de 2014 avec l’arrivée d’OS X Yosemite et d’iOS 8. La rétrocompatibilité n’a pas été oubliée. Les appareils fonctionnant à partir de Mac OS 10.7.5 Lion ou iOS 5 y ont accès. Il est pourtant peu judicieux d’utiliser iCloud dans ces versions
    de système qui n’ont aucune possibilité d’accéder à toutes les fonctions disponibles. Signalons qu’un PC équipé a minima de Windows Vista est
    également capable d’en profiter. Le cloud computing, ou nuage en français, utilise internet et une myriade de serveurs interconnectés afin de
    stocker des données. Celles-ci sont accessibles à n’importe quel moment, où que vous soyez. L’avantage réside dans la synchronisation des documents qui offre à l’utilisateur la possibilité d’utiliser ceux-ci en local, même sans connexion. Les fichiers modifiés ou supprimés seront mis à jour dès le prochain accès au réseau. Si par exemple vous travaillez sur un projet depuis un MacBook, les données seront synchronisées sur votre
    iPhone ou l’iMac de votre domicile. Le client est déchargé de tout achat de matériel supplémentaire (disques externes ou location de serveurs). La maintenance est également oubliée pour l’utilisateur. Il y a bien évidemment des inconvénients comme la législation des pays où sont situées vos données ou une panne généralisée. Le plus décourageant d’entre eux reste la sécurité des documents. Ceux-ci sont chiffrés, mais certainement moins à l’abri que sur un disque externe non relié à internet.

  • Coffre-fort virtuel et partage

    Cloud computing

     

    Admettons que le terme Cloud ne parle pas à tout le monde. En traduisant littéralement depuis l'anglais, cela donne nuage. Concrètement, et par opposition aux ordinateurs et disques durs physiques et palpables, le Cloud n'est rien d'autre qu'un espace virtuel disponible sur Internet, qui permet de sauvegarder des fichiers multimédias ou des applications (mais pas votre version de Windows). Vous pouvez également trouver des logiciels offrant toutes les fonctions de vos versions installées, justement sans aucune installation. Enfin, la création d'albums personnels à partager n'est qu'une formalité pour déposer des souvenirs de vacances sous toutes leurs formes. Dans les faits, ce n'est pas plus compliqué que cela et le Cloud a très tôt été prisé par les entreprises soucieuses de l'intégrité de leurs données. Pour ce qui concerne les internautes, le manque d'information ou la peur d'un crash mondial freinent les initiatives. Pourtant, ces services gratuits (dans la limite de l'espace offert) sont totalement sécurisés. Rien ne s'oppose alors au fait d'en profiter pour soupirer d'aise en songeant à tous vos fichiers désormais à l'abri d'une panne physique. Mais vous vous demandez probablement si cette médaille n'a pas son revers. A y regarder de plus près, la réponse est non en termes pécuniaires. Quant à l'organisation, la réponse est malheureusement oui ! Car, à défaut de préparer des cartons notés d'un coup de gros feutre, comme vous le feriez pour un vrai déménagement, le dépôt sur Internet finira en dépotoir. Dans l'ordre, il faut en tout premier lieu choisir un ou de préférence plusieurs espaces accessibles gratuitement. Si vous ne désirez pas mettre tous les œufs dans le même panier, allouez alors à chacun une tache en fonction de la place disponible.

×