NEWS IT

algorithme

  • Les 7 péchés capitaux : l'Orgueil

     

    Algorithms

    Pendant des siècles, on nous a rebattu les oreilles avec les jeux de l’amour et du hasard, et tout le tralala. Mais s’il ne s’agissait, en fait, que d’une
    banale histoire de calcul mathématique ? C’est ce qu’a voulu démontrer une certaine amy Webb. mordue de chiffres, cette dynamique célibataire américaine décide, en 2013, de développer son propre algorithme pour craquer un site de rencontres, Jdate. afin de déterminer avec quels profils de princes charmants elle est compatible, elle élabore une méthode de notation fondée sur 72 traits de personnalité.
    Après avoir espionné les réactions de femmes face à dix faux profils masculins, cette statisticienne trouve comment optimiser une annonce, le type de photo gagnante et la taille maximale d’un texte percutant, soit 97 mots. À la fin, elle rencontre le grand amour ! À la même époque, Chris mcKinlay se servait, lui aussi, des mathématiques pour draguer, en hackant l’algorithme de matching d’OkCupid, une plateforme de dating très populaire aux ÉtatsUnis.
    Recherche de données, écriture d’un script en langage Python, utilisation de formules pour récolter et traiter les données provenant de 6 millions de réponses issues de 20 000 femmes, création de deux panels de filles... Bingo, les rancards pleuvent ! Le mathématicien choisit alors la cible où il a le plus de chances de cartonner : les donzelles plus âgées que lui raffolant de mecs aux jobs créatifs, éditeurs ou designers. Quatre vingt huit
    rendezvous plus tard, il tombe sur Christine, 28 ans, qui trouve son projet “sombre et cynique” et l’épouse.
    Quant aux nuls en équation qui en
    ont assez de se prendre une veste avec des inconnu(e)s, ils ont la possibilité de faire appel à un “dating assistant”. Celui ci se fera un plaisir
    d’échanger à leur place et de répondre en ligne à des cibles amoureuses potentielles. Sur internet, ces oâres d’accompagnement au flirt numérique, payantes, existent depuis 2010.
    Leur avantage ? elles évitent blessures narcissiques et bleus à l’orgueil inutiles. Selon plusieurs témoins, dans l’immense majorité des cas, la
    personne “bananée” ne découvrirait pas la supercherie.