NEWS IT

Les 7 péchés capitaux : la Luxure

Alibi

Sur ce coup-là, Sébastien n’a pas été très inspiré. Pour passer la nuit avec sa maîtresse, ce Cannois de 34 ans n’a pas hésité à inventer une sombre histoire de kidnapping. “Pas près de revoir ton mec, on le garde”, mentionne le SMS envoyé à son épouse. Madame s’affole, et signale sa disparition aux gendarmes. Le lendemain matin, le mari volage réapparaît. “Je viens d’être relâché par mes ravisseurs”, pipeaute-t-il, avant de réitérer son bobard devant les enquêteurs. mais ceux-ci flairent l’entourloupe. Résultat, Sébastien est condamné à trois mois de prison avec sursis et à 5 000 euros d’amende pour “dénonciation mensongère entraînant des recherches inutiles”.
S’il avait su, il aurait fait appel à un pro sur internet. Son alibi bidon lui aurait coûté beaucoup moins cher et, surtout, Madame ne l’aurait pas
prié de faire ses valises… “Une liaison à cacher ? Un trou dans votre emploi du temps ? Pas de stress, on s’occupe de tout”, clame le site de mon.alibi. “Mon associé et moi avons lancé ce service d’alibis, le premier du genre, dès 2001”, confie Gérard, l’un des deux fondateurs. Leur job : inventer des boniments pour sortir leurs clients du pétrin. Fausse note d’hôtel ou de restaurant, invitation factice à un séminaire, reproduction
d’un billet d’avion électronique, etc. Leurs craques n’ont d’autre limite que l’imagination débordante de ces champions de l’esbroufe. Gérard assure toutefois qu’il respecte la loi, en s’en tenant à des mensonges circonscrits à la sphère privée de ses clients. il s’interdit également de
produire de faux papiers d’identité. Question tarifs, ceux-ci sont assez variables : comptez 50 euros pour la production d’un simple document,
de type facture d’hébergement afin de justifier un déplacement, ou jusqu’à 90 euros de l’heure, plus les frais, lorsqu’il s’agit de mijoter une fable perfectionnée. Certes, le “métier” requiert une bonne dose de créativité. Quatre vingts pour cent des demandes traitées concernent l’adultère. Et deux tiers d’entre elles proviennent de femmes. “Les hommes font plus volontiers appel à nous dans l’urgence, lorsque les premiers soupçons de leur moitié les obligent à trouver une parade, explique Gérard. Les épouses, elles, anticipent leur demande plusieurs semaines à l’avance. Ce qui nous donne le temps de préparer un scénario élaboré.” Pour les affabulations les plus sophistiquées, il fait appel à un acteur. Récemment, il a employé un comédien qui jouait le rôle d’un oncologue. “L’alibi consistait à convaincre un mari que sa femme devait être hospitalisée pendant un mois, se souvient Gérard. Elle devait passer des examens poussés, sans pouvoir recevoir de visites ni être contactée, car le protocole médical exigeait un isolement total. Ça c’est très bien passé.” et de conclure : “Notre cliente avait été soignée pour un cancer du sein, on a misé là-dessus.” madame a fricoté pendant un mois avec son amant et est devenue, si on ose dire, une cliente... fidèle.

Gérard se félicite aussi de compter parmi ses abonnés un patron d’une “très grosse entreprise du CAC 40. C’est un féru de ski, comme sa secrétaire, qu’il emmène chaque année une semaine aux sports d’hiver. Cela nous oblige à trouver un nouvel alibi tous les ans.” L’année dernière, Gérard lui a dégoté des billets d’avion et des documents corroborant un déplacement aux ÉtatsUnis pour rencontrer les managers de sa filiale. Madame a dormi sur ses deux oreilles, pendant que son PDG d’époux fignolait son planté de bâton.

Jamais les derniers à jouer les polissons du polochon, certains de nos hommes politiques sont aussi des habitués de mon.alibi.free.fr. “Un
député européen – qui était candidat à l’une des primaires présidentielles – nous a demandé un coup de main afin de balayer les doutes de son épouse, raconte Gérard. On a dû traficoter sa facture de téléphone en supprimant ses appels vers un numéro compromettant. On l’a fait réaliser par un maquettiste pro d’Excel, puis on a glissé l’enveloppe au logo de son opérateur SFR dans sa boîte aux lettres. Sa femme n’y a vu que du feu !”

 

internet tentation adultère alibi

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !
×